«Pendant des siècles, la Médecine s’est préoccupée de soigner. Aujourd’hui elle s'est donnée comme but de prévenir plutôt que de guérir.»
Pr Jean Dausset, Prix Nobel de Médecine, 1980
La Fondation Jean Dausset - Centre d’Etude du Polymorphisme Humain participe aux efforts nationaux et internationaux de recherche pour mieux déterminer le rôle du polymorphisme génétique chez l’Homme, tout particulièrement dans les maladies complexes, pour mieux les comprendre, les diagnostiquer et participer au développement d’une médecine personnalisée.

Projet SAPRIS-SERO

L'étude SAPRIS ("Santé, pratiques, relations et inégalités sociales en population générale pendant la crise COVID-19") s'appuie sur les cinq grandes cohortes nationales en population générale (Constances - Etude familiale E3N-E4N
- Elfe / Epipage 2 - NutriNet Santé).

Cette étude vise :
1) à quantifier et suivre l'incidence cumulée de l'infection à SARS-Cov2 dans la population française à l'aide de tests sérologiques,
2) en étudier les déterminants à partir des cohortes Constances, E3N-E4N, ELFE-Epipage 2 et NutriNet Santé.

Ce projet a déjà démarré depuis le 2 avril 2020 (financé par l'appel d'offres ANR-Flash COVID19) par l'envoi d'un premier questionnaire similaire aux participants internet de ces cohortes (questionnaire " SAPRIS "), qu'il est prévu de renvoyer 2 fois pendant le suivi.
Le projet SAPRIS-SERO concerne la réalisation de l'auto-prélèvement capillaire à des fins de sérologie anti-SARS-CoV2 chez les participants de SAPRIS, afin de répondre aux objectifs listés ci-dessous s'intitule SAPRIS-SERO.

Via la mise en place de collections par auto-prélèvement de sang capillaire, SAPRIS-SERO participera à :

  • Estimer l'incidence cumulée de l'infection à SARS-Cov2 en population générale.


Les objectifs secondaires en lien avec l'auto-prélèvement de sang capillaire chez les participants et l'utilisation des questionnaires SAPRIS sont :

  • Caractériser la fraction " immune " de la population et la durabilité de l'immunité
  • Identifier les associations de symptômes prédictives d'une infection SARS-Cov2
  • Estimer le taux de recours au soin en lien avec une infection SARS-Cov2
  • Estimer la fraction des infections infra-cliniques ou non capturées par le système de soin
  • Étudier l'acceptabilité d'un test sérologique anti-SARS-Cov2 de masse et l'impact de son résultat, en lien avec les inégalités sociales de santé
  • Estimer l'impact individuel et collectif des mesures de confinement et autres mesures barrières sur le risque de séroconversion
  • Étudier l'impact des inégalités sociales et territoriales sur le niveau de séroprévalence.

L'étude est coordonnée par Nathalie Bajos, directrice de recherche Inserm, et par Fabrice Carrat, professeur de santé publique à Sorbonne Université, en collaboration avec Santé Publique France.
Le CRB du CEPH a réceptionné l'ensemble des prélèvements de sang séché sur buvard du projet.
Les prélèvements ont été triés selon leur qualité pour faciliter leur traitement ultérieur.
Le CRB a réalisé les punchs de buvards de sang séché et les a envoyés au laboratoire de sérologie du Pr Xavier de Lamballerie à Marseille. Les buvards sont conservés au CRB.

Pour plus d'information allez sur les sites :
https://www.e3n.fr/e3n-e4n-participe-letude-sapris-sero
https://www.constances.fr/actualites/2020/Constances-lutte-COVID.php
https://etude-nutrinet-sante.fr
https://www.elfe-france.fr
https://epipage2.inserm.fr/index.php/fr/

Plus de 92000 buvards ont ainsi été réceptionnés et traités entre mai et octobre 2020.

Retour aux projets

Soutenez
notre action !
15 euros 30 euros
60 euros 90 euros
Autre montant